Faites-vous ces 4 erreurs d’écoute?

Se sentir écouté. Se sentir libre d’être qui on est, voilà deux indispensables pour s’épanouir au sein du couple. Seulement, accepter tout ce qui sort de sa bouche, c’ est tout un art. Vérifions à quel point nous acceptons ce que l’ autre a à dire.

Aujourd’hui, je vous propose de faire le point sur votre capacité d’écoute et d’acceptation de l’autre. Ces deux points sont essentiels pour l’épanouissement personnel de votre conjoint(e) et celui du couple.

Nous n’ avons pas d’ oreilles si nous sommes concernés par les points suivants.

4 erreurs d’ écoute

1) Se mettre sur la défensive

Les mots sortent à peine de sa bouche que nos sourcils se froncent et les muscles de notre mâchoire se crispent. Toute une communication non verbale pour dire « tu ne pouvais pas répondre autre chose? » Nous pourrions même sortir le fouet pour punir de la réponse inappropriée. Définitivement, accepter la différence de point de vue est difficile. Mais minute, nous avons posé la question. Nous devons faire avec la réponse de notre partenaire. Que ça nous plaise ou non. C’est ça la démocratie, c’ est ça le respect de l’autre.

À trop réagir sur la défensive, le piège est que notre conjoint(e) finisse par dire les mots qui nous font plaisir. Nous disons à notre partenaire de ne pas répondre ce qu’il ou elle pense, mais ce que nous voulons. Bref, à réagir au quart de tour, la réponse n’est plus authentique. Pourquoi? Parce que notre partenaire finit par répondre ce qu’il nous plait d’ entendre pour ne pas créer de conflits et pour avoir la paix.

2) Abuser de la question fermée

On parle d’une question fermée quand notre partenaire n’ a le choix qu’ entre répondre oui ou non sans avoir le temps de s’ exprimer davantage. Vous savez, quand on prend ce ton péremptoire : je t’ ai posé une question, je peux sortir ce soir oui ou non?Tu veux faire la vaisselle, oui ou non? Oui sous- entend que notre partenaire est la personne idéale ou un minimum digne de nous. Le non est catégorique, quelque part, il y a mieux.

Notre partenaire est empressé(e) de répondre. Normal, en quelque sorte, nous testons son engagement, son amour. Ce genre de question frustre. Nous ne laissons pas à notre partenaire le droit d’ expression. Nous l’ orientons vers la réponse qui est favorable pour nous. Nous le guidons, comme dans un entonnoir. Si la réponse est non, nous pestons. Si la réponse est oui, nos lèvres dessinent un sourire, Mais, attention. On change de sujet ou bien on s’ éloigne de notre partenaire pour clore la négociation.

3) Confronter notre partenaire à ses réponses passées

Notre partenaire répond à notre question, sa réponse ne coïncide pas du tout avec ce qui a été dit dans le passé. Pourquoi tu me dis ça aujourd’hui, alors qu’hier, tu me disais le contraire? Tu ne sais pas ce que tu veux. Et là, c’ est à notre partenaire de froncer les sourcils : mais pourquoi confronter tout ce que je dis a tout ce que j’ ai pu dire?

Vu la divergence d’ opinions, nous remettons en question la fiabilité de notre partenaire. L’ autre change d’avis comme il ou elle change de chaussettes. Comment lui faire confiance? Minute, rappelons-nous. Nous sommes en perpétuel changement. Nos goûts, nos valeurs, changent avec le temps et les événements. Confronter notre partenaire à ses propos passés revient à nier que notre conjoint est capable d’ évolution.

Plus nous confrontons notre partenaire à ce qu’ il ou elle a pu dire, moins il ou elle a envie de nous parler. Pourquoi? Parce que l’autre se méfie. Il ou elle sait que nous nous imprégnons de ce qui est dit. Les paroles sont sauvegardées pour être utilisées comme des armes. Des armes impitoyables pour mettre en doute sa réponse.

Le plus dangereux, c’est que nous ressortons des confidences chargées d’ émotion et avouées difficilement. Résultat, notre conjoint(e) ne répond pas et ne se confie plus.

4) Trancher en faveur de nos idées

Nous posons une question. Notre conjoint(e) répond, mais ses propos sont dépassés et manquent de logique, selon nous. Nous écoutons à peine sa réponse pour finalement imposer notre point de vue. Qu’est-ce que notre conjoint comprend? Qu’il ou elle ne sait pas penser correctement, contrairement à nous. Nous sommes les illuminés dans le couple.

Nous sous-entendons être supérieurs. À la longue, notre partenaire perd son engouement et ne se prête plus à nos questions. À quoi bon, son point de vue est minable et sans importance à nos yeux.

Mais, une minute. Parfois, nous sommes tellement sensibles à un sujet que nous campons sur nos positions. Pourquoi n’ écoutons-nous pas l’ autre? Avons-nous peur que notre conjoint(e) sache nous remettre en question? Il y a de la beauté dans ce que l’ autre a à dire. On s’ en rend compte quand on baisse la garde et qu’on écoute.

Et vous!

Savez-vous écouter votre partenaire?

6 commentaires sur “Faites-vous ces 4 erreurs d’écoute?

  1. Bonjour Agnès! merci pour cet article très intéressant qui nous met une fois de plus en face de nos schémas! Avant de le lire, je me disais: « mais bien sûr que je sais écouter », et après la lecture… euh… oui, en effet, il y a peut-être plusieurs petites choses à mettre en lumière dans ma façon de faire!
    à bientôt
    La Fannette

  2. Commentaire…
    slt agnes
    tout le monde se retrouve quelque part dan les differents points de ton article car nul n’est parfait. Ca c’est sûr…
    je profite de ton article pr demander a chaque conjoint d’apprendre a developper l’écoute, il y va du bien du couple. merci.
    capo

  3. Il est indiscutable que souvent, l’on entend les couples rentrer chez eux, allumer la TV et ne rien se dire de toute la soirée… SI déjà on coupait les éléments perturbateur lorsque dans un couple, on a difficile à communiquer. ou alors fuite en avant ….

    1. Bonjour Benoît,
      Merci pour ta participation au blog!
      Tu as raison, le couple a de mauvaises habitudes. À la maison, on privilégie la télévision. On se connecte à Facebook. On néglige la communication. On fuit le face à face. Finalement, les frustrations s’accumulent et c’est la crise. Ou est la priorité? Il faut revoir notre consommation parfois, addictive, de la télévision et des réseaux sociaux notamment. Merci pour l’idée d’article:).

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

*
Pour laisser un commentaire, vous devez prouver que vous n'êtes pas un robot spammeur en recopiant le mot de sécurité sur l'image. Appuyez sur le mot pour entendre une version audio.
Anti-spam image