Faire des reproches et préserver le couple, c’est possible!

Facile de s’ accommoder des qualités de l’ autre. Mais certains de ses défauts nous font grincer des dents. Il faut que le comportement de notre conjoint(e) change. Faire des reproches est plus fort que nous. Mais, personne n’aime la critique. Comment s’y prend-t-on pour faire des reproches tout en favorisant le changement ET la bonne entente?

Pourquoi devons-nous absolument apprendre à faire des reproches?

Deux types de personnes se trouvent derrière nos écrans.

  • Ceux qui dégainent très vite les critiques
  • Ceux qui, malgré leurs frustrations, n’osent pas faire des reproches

On en discute en commentaires, quelle est votre situation? Personnellement, j’ai tendance à faire des reproches facilement!

Nous devons maîtriser l’ art de la critique, car ces deux situations sont violentes et font du tort au couple.

  • La personne qui a tendance à faire des reproches agresse son/sa partenaire. Chéri(e) s’ exaspère, se blesse, s’ énerve. Finalement, la personne qui critique culpabilise. Tous les ingrédients sont réunis pour annuler la soirée ciné.
  • La personne qui a la critique timide garde des frustrations bien enfouies. Elle rumine en silence, cette fois, comme toutes les autres fois. Sans savoir ce qui ne va pas, comment chéri(e) peut-il/elle se corriger?

Bref, qu’on ait la critique facile ou pas, les partenaires et le couple s’ en trouvent meurtris.

Toutes les critiques sont-elles légitimes?

J’ allais vous dire que toute critique est légitime. Finalement, j’ ai insisté sur la touche delete. Toute critique n’ est pas légitime. Ce que j’ entends par critique légitime, c’ est une critique qui contient un besoin.

Avoir envie de traiter l’ autre de paresseux/se parce qu’ il/elle ne nettoie pas, c’ est compréhensible. On est menacé dans notre liberté. (Doit-on nettoyer à sa place?) On est menacé par un environnement infecté par la salmonelle. Par contre, à faire des reproches parce qu’ il/elle ne bouquine pas comme nous, ou parce qu’ il/elle ne pense pas comme nous… Ça, c’ est de l’ amour terroriste selon Jacques Salomé.

Faire des reproches sans blesser ni frustrer, c’est possible

Je vous propose ici deux principales stratégies de communication pour parler respectueusement de nos frustrations. La première est facile à appliquer. D’ailleurs, c’ est le minimum requis pour prévenir les conflits. La seconde est sans doute la plus épanouissante et demande quelques secondes de réflexion de notre part.

1. Faire référence au comportement et non à la personne

Je ne vous apprends rien, personne n’ aime se sentir agressé. Mais, on prend généralement une critique comme une agression. La preuve, après s’ être fait critiquer, on se met sur la défensive. On a le regard perçant d’ un dragon, nos dents grincent silencieusement.

Au début, on fait comme si la critique ne nous affecte pas. Mais quand on est la victime de critiques à tout bout de champ, la cocotte minute explose. On connait tous ça! Personnellement, à entendre chéri me faire des reproches constamment, mes tympans sont sur le point d’ exploser. Je finis toujours par dire STOP. D’ ailleurs qui ne dit jamais « mais arrête de me critiquer! À croire que je ne fais jamais rien de bien! À croire que tu es mieux que tout le monde! »

Alors, voilà ce que notre partenaire est susceptible de ressentir quand nous le critiquons. Nous devons donc tout faire pour que notre conjoint(e) ne se sente pas agressé(e). Merci à Jacques Salomé qui nous livre le conseil du jour:

Pour faire des reproches, ne pas critiquer la personne, mais le comportement.

On fait toujours référence à l’ action et non pas à notre partenaire. C’ est vrai, notre partenaire se sent diminué(e) suite à un « tu ne sais pas faire la machine », » tu as fait brûler le rôti. » Cela revient à traiter l’ autre d’ incapable. On lui dit qu’ il/elle est une espèce inférieure à nous.

Qu’ est-ce qui est moins pénible à entendre:

« Tu as fait brûler le rôti » ou « le rôti est resté dans le four 10 minutes de trop? »

Bien sûr, notre conjoint(e) comprend que si ce soir, on mange des pâtes, c’ est un peu de ça faute. Mais parce qu’on ne l’ accuse pas explicitement, sa réaction est moins émotive.

Bref, si faire des reproches nous démange, rappelons-nous de toujours faire référence au comportement (ou à l’ événement)  mais jamais au grand jamais à la personne.

Petite astuce pour y parvenir: ne jamais utiliser le pronom tu.

« Tu n’ es pas maladroit. Tu n’ as pas cassé le vase. Disons plutôt que le vase était sans doute au mauvais endroit.

2. Pour faire des reproches, faire référence à nos besoins

Faire des reproches est simplement une manière maladroite d’exprimer des besoins. Quand on critique, on dit qu’un comportement ne nous satisfait pas. Il ne nous satisfait pas parce qu’il s’oppose à un de nos besoins.

Nul doute qu’ on parvient à un épanouissement dans la relation quand on saisit le besoin derrière la critique et qu’ on l’ exprime clairement. C’est la seule façon de libérer sa frustration et de résoudre le problème.

Pour y parvenir, il faut accepter le fait que derrière toute critique, il y a un besoin. Une fois qu’ on en a conscience… on est armé et on tourne naturellement 7 fois sa langue dans sa bouche avant de se déchaîner sur l’autre.

Je me souviendrai toujours d’ un épisode avec mon conjoint. Dans la cuisine, il range la vaisselle. Notre bébé de 10 tonnes dans les bras, je me dirige vers lui et lance « mais qu’est-ce que tu fais? » À ce moment -là, je m’ exaspère à le voir faire ce qu’ il fait au lieu de m’ aider avec bébé. Devant ma mine agacée, mon conjoint me pose la question : « de quoi as-tu besoin? »

5 mots bouleversants: DE QUOI J’ AI BESOIN?

Pourquoi bouleversants? Parce que je comprends que ma critique n’ a pas lieu d’ être. J’ aurais pu simplement demander qu’il prenne la petite dix minutes. Je me serais évité cette frustration en moi et envers mon conjoint! Bref, quand faire des reproches nous démange, rappelons-nous :

Quels sont nos besoins?

Par exemple, « tu as fait brûler le rôti » révèle un besoin. La personne qui critique peut avoir besoin d’ aide en ce qui concerne les tâches ménagères. « Tu as fait brûler le rôti » peut vouloir dire « j’ apprécierais que tu te concentres davantage pour m’éviter de cuisiner doublement. Il est vital pour moi que le temps qui m’ est réservé pour prendre soin de moi soit préservé. »

Il n’est pas profitable au couple de ne pas faire de reproches. Au contraire, si nous ne parlons pas de ce qui ne va pas, nous accumulons de la frustration. Mais au fond, même si la critique nous démange, on se rend compte qu’ elle cache un besoin qui ne demande qu’ à être formulé…

3) Pour faire des reproches, faites référence à son comportement et à notre besoin

Comme vous le devinez, je vous propose finalement une combinaison des deux stratégies de communication énumérées. Les deux formules sont bonnes. Combinées, ces stratégies de communication font de nous des as quand il s’agit de faire des reproches.

Il y a une manière respectueuse d’exprimer ce besoin que l’autre cesse un comportement. La voici.

  1. D’abord, respirer un grand coup par le nez et gérer sa colère s’il y a lieu
  2. Ne pas chercher à accuser l’autre avec l’utilisation du pronom « tu ». Parler au « je » et exprimer notre sentiment.
  3. Parler d’un comportement et non pas de l’autre
  4. Exprimer les répercussions du comportement de l’autre sur nos activités.
  5. Rechercher avec chéri(e) une solution pour que son comportement ne nous affecte plus.

Supposons que notre critique porte sur le fait que notre conjoint(e) empile la vaisselle propre dans tous les sens. Ça nous agace parce que si nous tentons de retirer une fourchette du dessous, la pile tombe et la vaisselle se brise. Sans oublier le vacarme. Mais notre conjoint(e) a cette habitude d’empiler la vaisselle propre ainsi.

  1. On se dit que l’essentiel est que la vaisselle ne tue personne
  2. On lui dit qu’on est embarrassé par l’empilement de la vaisselle.
  3. Le fait que la vaisselle soit empilée de la sorte rend difficile voir dangereux l’accès aux couverts.
  4. Si la vaisselle tombe, le bruit risque de réveiller les enfants qui ont eu beaucoup de mal a s’endormir.
  5. On lui demande : « Demain, serais-tu d’accord pour que l’un d’entre nous fasse la vaisselle et l’autre la range dans le placard aussitôt ? »

À vous!

Faire des reproches. Cela vous arrive-t-il souvent?

7 commentaires sur “Faire des reproches et préserver le couple, c’est possible!

  1. Je dois dire que j’ai la gâchette vraiment facile avec les critiques… en particulier avec mon conjoint. Je dois dire que la moitié du chemin est faite parce que je réalise très bien que c’est problématique (après tout, y’a personne de parfait!) J’ai déjà commencé à y travailler. Je me débrouille maintenant bien avec le point 1 de la check-list, mais j’ai encore beaucoup de mal à enchaîner le point 2 (ne pas utiliser «tu»). Il y a toujours quelque chose de non-satisfaisant quand je le fais, probablement parce que je suis très impulsif et que c’est trop de calculs à faire en même temps… mais ça va de mieux en mieux (pour autant que je ne suis pas trop de mauvais poil)… – -; Mais l’article est vraiment très pertinent (encore une fois)! 🙂

    1. Salut Rafa!
      Tu as raison, le seul fait d’être conscient d’avoir la critique facile nous aide à retenir notre mauvaise langue 😉
      Peut-être qu’il te manque à maîtriser ton impulsivité? Ça ferait de toi un vrai Bouddha ;).
      Plus sérieusement, maîtriser son élan pour la critique est plus ou moins évident. Nos humeurs sont variables, comme tu le dis si bien. Mais, à force, on réduit quand même la fréquence de nos critiques improductives. Du coup, notre conjoint se sent respecté, on évite les prises de tête et c’est la fête à la maison. 😉

      Agnès

  2. je suis tout le temps en train de lui faire des reproches, à la maison, sur son attitude sur tout sa devient horrible je me demande même ou est passer tout l’amour et l’admiration que j’avais pour lui sa devient invivable je ne sais plus quoi faire. j’en suis consciente mais c’est plus fort que moi. du coup je deviens froide et distante je préfère même éviter toute discussion defois pour ne pas m’énerver.

    1. Bonjour Rita,

      merci pour ta contribution!
      Qu’est-ce qui fait que tu n’es pas épanouie avec lui?

      Médite sur les raisons de ta frustration…

      1) Peut-être que ta frustration est personnelle. Peut-être que tu es insatisfaite de ta vie en générale. As-tu ce que tu veux dans la vie? Peut-être que tu l’utilises sans en prendre conscience comme punching-ball, comme souffre douleur? Peut-être as-tu un ras-le-bol général? Mais, de quoi as-tu ras-le-bol? Quels sont tes manques?
      2) Si ton homme t’irrite, tu as peut-être accumulé trop de frustrations dans ta relation de couple? Au lieu de tirer tes nerfs sur lui… pourquoi ne pas communiquer tes besoins malmenés? Ça te ferait beaucoup de bien et votre relation s’en porterait beaucoup mieux!

      Finalement… quels sont tes besoins?

      Agnès

  3. Bonsoir, J’ai surpris mon conjoint entrain d’échanger avec une femme sur Facebook, j’ai pas totalement lu leur échange, mais aux premières lignes s’était vraiment très intime. J’ai été vraiment bouleversée car nous sommes un jeune couple, lui 36 ans et moi 31 ans et nous avons 2 enfants, nous avons décider de nous mettre ensemble depuis peu et cette attitude me fait me posez des questions. Je n’avais pas eu à me plaindre de quoi que ce soit envers lui, mais actuellement je vous avoue que je me pose des questions, je me demande qu’est ce qui n’a pas marché au point ou il entretienne une relation virtuelle avec une autre femme.

  4. Bonsoir Emma
    Je viens de rencontrer après un divorce, un homme qui m à séduit par ses valeurs qui sont aussi les miennes et on ne se voit qu un week-end tous les 15 jours dur de sentir son attachement et souvent il me dit que je lui fais que des reproches alors que pour moi je lui dis simplement ce que je ressens ! Bref le mot reproche revient souvent de sa part et pour moi je ne le perçois pas comme tels ! Que faire ? Merci Emma de votre attention et j attends de vous lire! Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

*
Pour laisser un commentaire, vous devez prouver que vous n'êtes pas un robot spammeur en recopiant le mot de sécurité sur l'image. Appuyez sur le mot pour entendre une version audio.
Anti-spam image