Divorcer ou pas après l’adultère? Le faire serait puéril

Divorcer ou pas. Voilà votre plus grande réflexion du moment. Vous rêvez d’autre chose. Vous méritez autre chose. Vous avez besoin d’autre chose. Hé oui, après X année(s), une maison et X enfant(s) en commun, votre mariage est plus que jamais mis à mal. Votre partenaire est allé(e) voir ailleurs. Monsieur, Madame, aujourd’hui, pensez à VOTRE épanouissement personnel. Vérifiez si le divorce est la solution qui vous correspond.

Cocu(e), divorcer ou pas?

Vous songez à mettre un terme à votre mariage. Votre mari/femme est allé(e) voir ailleurs. Depuis son adultère, la présence de votre mari/femme vous est insupportable. Quelle SAL*PE. Quel gros SAL*P. Votre colère, et en vérité votre peine, est difficile à maîtriser. Ce n’est pas évident d’accepter la trahison. Difficile de surmonter la douleur. Divorcer ou pas? À peine l’adultère dévoilé, vous y pensez déjà. Ou alors, il se peut qu’après avoir découvert son infidélité, vous ayez tout fait pour surmonter la crise ensemble, en vain. Au contraire, depuis, la relation se détériore jour après jour.

Faut-il pardonner l'infidélité?


21 explications de thérapeutes pour t'aider dans ta décision

Divorcer ou pas. La question mérite réflexion. En effet, en étant mariés, vous avez une situation en commun. Vous avez un patrimoine en commun. Mais, le plus délicat quand il est question de divorce, ce sont les enfants. Aujourd’hui, votre cœur et votre tête sont saturés jusqu’à écœurement. Prenez une décision pour VOUS. C’est une question de survie.

  • Ne décidez pas en fonction de votre patrimoine.
  • Ne décidez pas en fonction de votre mari culpabilisant.
  • Ne décidez pas en fonction de vos enfants: leur bien-être dépend du vôtre.

L’objectif est votre épanouissement. Votre épanouissement contribuera à l’épanouissement de vos enfants, et cela, sur le long terme.

Si vous songez sérieusement au divorce, faites-en sorte de prendre la bonne décision. Eh oui, nombreux sont ceux qui font marche arrière en plein processus de demande de divorce. Nombreux sont ceux qui regrettent le divorce.

Il est normal de faire machine arrière. On demande le divorce, têtu(e), blessé(e), et persuadé(e) qu’il n’y a aucune possibilité d’amélioration. On demande le divorce parce-que l’orgueil et les émotions nous l’ordonnent.

Mais… malgré votre déception, votre douleur, votre ras-le-bol ou votre indifférence du moment, il se peut que vous soyez toujours amoureux/amoureuse. Il se peut que vous teniez à votre vie de famille bien plus que vous ne le pensez.

En tout cas, vous apprécierez d’éviter le ridicule ou les complications d’une marche arrière. Vous apprécierez également les économies financières liées aux frais d’un avocat.

Divorcer ou pas? Selon vous, son aventure extra-conjugale justifie le divorce. Attention, malgré votre emballement présent pour ce choix, vous pourriez le regretter. Vous le savez, je suis de votre côté. Divorcer ou pas? Je vous propose d’analyser vos motivations. Vous méritez de prendre la bonne décision. Vérifiez si le divorce est la meilleure option qui s’offre à vous.

Divorcer ou pas, quelques réflexions afin de prendre la bonne décision

Et si on relativisait l’infidélité?

Ne divorcez pas immédiatement après un adultère… Surtout, sans avoir tenté de surmonter la crise. Avec tout le respect que je vous dois, ce serait puéril.

L’infidélité, c’est tout con. Bien sûr, on ne doit pas la banaliser. Mais on ne doit pas grossir la chose non plus. Imaginez-vous annoncer à vos amis la nouvelle: vous divorcez suite à son infidélité. Certains idéalistes (et beaucoup de célibataires) vont vous soutenir, vous comprendre et vous encourager. D’autres, plus matures et forts d’expérience, n’appuieront pas votre démarche enfantine.

L’infidélité, l’expression d’un besoin exprimé (très) maladroitement

Divorcer ou pas ? Pour décider intelligemment, voyons l’infidélité pour ce qu’elle est: on va voir ailleurs parce-qu’on est motivé(e) par un besoin. La question est de savoir : quel besoin a poussé l’un de nous dans les bras d’un(e) autre ? Vous me direz: «Mais, il/elle a assouvi ce besoin. Il/elle a agi sans tenir compte de moi, à mes dépens. Point final. Je ne veux plus rien savoir !»

Attendez! Le mariage, c’est avant tout faire équipe. Chacun des équipiers a ses responsabilités lorsqu’il y a adultère.

En fait, 2 éléments préviennent l’infidélité :

  • Une bonne communication dans le couple.
  • La connaissance des besoins de base d’un homme et d’une femme.

Maîtrisiez-vous la communication dans le couple ? Saviez-vous comment parler de vos besoins respectifs ? Écoutiez-vous l’autre véritablement? Maîtrisiez-vous les besoins de base des deux sexes ? Non. Alors, par votre négligence, vous avez contribué à ouvrir la voie à l’infidélité dans votre couple. Soyez de bonne foi: vous vous êtes mariés amoureux l’un de l’autre. Et il est fort à parier que votre mari/femme a fait preuve de la même négligence que vous, dans le cas contraire, votre partenaire vous aurait communiqué ses besoins.

Toutes ces années, vous n’avez pas su communiquer ensemble. Toutes ces années, vous pensiez savoir, mais vous ne maîtrisiez pas les besoins des deux sexes. Dites-moi. Pensiez-vous que l’amour et la promesse de mariage suffisaient pour constituer un couple fidèle ?

Hélas, ça ne marche pas comme ça. Amour ou pas, les besoins prennent toujours le dessus dans la relation un jour ou l’autre.

L’autre n’a pas agi contre vous, mais pour lui/elle.

Divorcer ou pas suite à l’infidélité, la décision vous appartient. Seulement, prenez-la en ayant conscience d’une chose très importante: cessez de croire que l’infidélité est une offense dirigée contre vous. Votre partenaire n’a pas agi contre vous, mais pour lui/elle. L’infidèle est la seule vraie victime. Hein? Voilà ce qui s’est passé. Voilà ce qui l’a poussé à vous tromper:

  • Avant l’adultère
  1. Votre partenaire a un besoin. Trop occupé(e) à être un bon parent, un bon(ne) employé(e) etc, chéri(e) ne fait pas attention à ce besoin. En fait, votre partenaire n’écoute pas son besoin.
  2. Parce-qu’il/elle ne prête pas attention à son besoin, impossible d’y répondre adéquatement. Impossible de vous le communiquer.
  3. Toutefois, son besoin est là. Tant que votre mari/femme n’a pas écouté son besoin, ce dernier retentit plus fort à travers des manifestations telle l’attirance pour un(e) autre, etc.

MAIS, la tendance à se tourner vers une autre personne ne signifie pas que cette autre personne est la solution à son besoin.

  • Lors de l’adultère
  1. Votre partenaire pense répondre à son besoin. Évidemment, il/elle est persuadé(e) que son besoin est comblé puisque ses pulsions et/ou ses besoins émotionnels sont assouvis.
  2. Mais votre partenaire comprend vite que sa satisfaction est éphémère. Il/elle est satisfait(e) le temps d’une nuit, le temps de l’incartade. Votre partenaire se rend vite compte de son erreur. Coucher avec une autre personne… ce n’est pas ce dont il/elle avait besoin.
  3. Il/elle s’est précipité(e) vers un(e) amant(e) sans réellement s’interroger sur ses véritables besoins. Votre partenaire regrette, et se met à souffrir de culpabilité.

Supposons que votre partenaire ne s’arrête pas à une seule infidélité. Supposons que votre partenaire ne manifeste pas grand signe de culpabilité. Votre mari/femme demeure la seule victime. Sans s’en rendre compte, il/elle reste victime d’un besoin qu’il/elle ne saisit pas. Il/elle reste victime d’un besoin auquel il/elle répond de la mauvaise façon.

—————–

Mon histoire personnelle

J’ai récemment éprouvé du désir envers un ami. Non, je ne pense pas pour autant être une SAL*PE. Mais, bien qu’en couple, j’ai failli avoir des relations sexuelles avec cette personne.  En réalité, ma vie était routinière. Rien ne s’y passait. Ma relation platonique que j’avais avec mon ami ajoutait du piment dans ma vie. Et du piment, c’était tout ce dont j’avais besoin. Mais est-ce que cet ami était ma seule solution? Bien sûr que non.Heureusement, j’ai réalisé que mon véritable besoin était d’ajouter des activités dynamisantes à ma vie de couple et à ma vie personnelle.

Oui, j’ai d’abord pensé penser que coucher avec cette personne était ma solution. J’ai été à deux doigts de commettre l’infidélité. Mais, j’ai tenté de comprendre ce qui manquait à ma vie. J’ai fait preuve de communication intrapersonnelle, c’est à dire d’introspection. J’ai également fait part de mon malaise à mon conjoint.

Je peux vous le dire. Le désir pour mon ami était perturbant. J’ai même cru en être amoureuse. Pourtant, au moment où j’ai compris mon besoin, ce désir s’est éteint. C’est drôle, non ? Donc oui, l’infidèle est souvent une victime. Il/elle est la victime d’un besoin qu’il/elle n’a pas su entendre, comprendre, , assumer et communiquer.

—————–

L’Infidèle est la victime numéro 1

Votre mari/femme a éprouvé un besoin. Mais il/elle y a répondu maladroitement. Finalement, il/elle se retrouve doublement dans l’inconfort.

  • Il/elle a manqué de la maturité nécessaire pour pouvoir s’interroger sur ses besoins. Il/elle a commis une erreur superficielle (l’infidélité) sans pour autant avoir répondu à ces besoins (souvent plus existentiels).
  • Il/elle sait que vous vous demandez si vous allez divorcer ou pas. Il/elle sait qu’une erreur pourrait gâcher sa vie.

Vous savez: le plus grand épanouissement dans une vie est celui de se connaître. On est heureux lorsque l’on sait qui on est. Lorsque l’on sait qui on est, on est alors en mesure de donner un sens à sa vie.

Votre partenaire est confus. Il/elle ne sait ni écouter ses besoins, ni les communiquer. Oui, vous pensez être la victime numéro 1. Mais, relativisez.

  1. C’est lui/elle qui se sent étranger à lui/elle-même.
  2. Il/elle souffre d’avoir été si peu  à votre hauteur, à la hauteur de la famille vous avez construit ensemble.
  3. Votre partenaire souffre de ne pas être en mesure de comprendre, d’assumer et de prendre soin de ses besoins.

Bien sûr, je ne dis pas que votre blessure est ridicule à côté de celle de votre mari/femme. Il/elle ne m’a pas donné d’argent pour vous faire changer d’avis. Mais, le jour où mon partenaire m’a trompée, je n’ai pas compris tout de suite à quel point la victime, c’était lui. Il a fallu que mon ego s’apaise avant que je parvienne à distinguer la vraie victime. Alors, j’ai ouvert les yeux sur son manque de confiance en lui. Et là, j’ai réalisé qu’à travers l’infidélité, il avait besoin de se prouver quelque chose. J’ai confiance en moi. Il n’a pas confiance en lui. Qui est la victime?

Cessons de voir l’infidélité comme un aveu de l’abandon du navire. Cessons de voir l’infidélité comme la preuve ultime de la démission d’un couple.

L’infidélité est une opportunité.

Celle de vivre la plus profonde des expériences humaines. Suite à l’infidélité, on cherche à tout faire afin d’éviter la récidive. Alors, on se familiarise ENFIN avec la communication. On s’intéresse finalement aux besoins des deux sexes.

L’infidélité est souvent l’élément perturbateur qui nous pousse à démystifier nos besoins. L’infidélité est souvent l’élément perturbateur qui nous pousse à nous interroger sur nos besoins, sur ce que nous sommes.

Il se peut que pendant votre mariage, vous soyez passé(e) à côté de la plus belle preuve d’amour : la connaissance et le soutien des besoins de l’autre. Divorcer ou pas après l’infidélité ? Le choix vous appartient. Vous pouvez choisir de persévérer vers une relation plus authentique, plus épanouissante, plus à l’écoute, grâce à la communication.

Divorcer ou pas, quand on doute des motivations de l’infidèle

Après son infidélité, chéri(e) veut renouer. Mais de votre côté, vous n’avez pas confiance en ses motivations. Vous souhaitez mettre un terme à ce mariage hypocrite. Séduit(e) ailleurs, vous doutez de son intérêt pour sa vie maritale et parentale. Une part de vous est convaincue que votre partenaire reste à vos côtés par « devoir » plutôt que par « amour ».   La vérité, c’est que votre partenaire est conscient que la vie maritale et parentale est source d’un bonheur qu’aucun amant(e) ne peut offrir.

Pourquoi est-il si difficile de pardonner sa relation adultère ?

Vous êtes ensemble depuis des années. Vous avez des enfants. Vous avez acquis des biens ensemble. Vous avez une maison. Votre vie maritale est plus ou moins harmonieuse. Malgré son engagement, votre partenaire a été infidèle. Vous en avez discuté. Votre mari/femme reconnaît avoir commis une erreur. De votre côté, vous l’aimez. Tous les deux souhaitez renouer, malgré tout.

Vous parcourez mille et un articles sur internet à la recherche d’astuces pour oublier. Vous essayez toutes sortes de tactiques. Vous buvez même des philtres d’amour spécialement conçus par le charlatan du coin.

La vérité, c’est que l’infidélité de votre partenaire vous a vidé de toute énergie. Vous n’avez pas la force de pardonner. Mais vous le savez: impossible de renouer profondément sans pardonner.

Impossible de pardonner quand la confiance s’est envolée

Vous ignorez pourquoi vous avez tant de mal à pardonner ? On ne peut pas pardonner lorsque l’on manque de confiance envers les motivations de son/sa partenaire.

En fait, il vous est impossible de pardonner tant que vous êtes convaincu(e) que votre partenaire reste auprès de vous afin d’honorer ses responsabilités. Selon vous, votre mari/femme réalise cet effort pour les enfants et les biens acquis ensemble. Convaincu(e) que chéri(e) reste par devoir, vous rejetez la relation.

  • Parce-que vous avez de l’amour-propre. Il n’y a rien de noble et de beau à rester par devoir. Vous méritez qu’on reste pour VOUS et non pas strictement pour les enfants.
  • Parce-que vous avez le souci de vous protéger. Vous n’allez tout de même pas pardonner naïvement. Rester pour les enfants ne garantit pas la pérennité du couple. Les enfants grandiront. La passion pour son amant(e) demeurera dans un coin de son cœur. 

Rester par « devoir », promesse de bonheur

Chacun des partenaires se pose des questions suite à l’adultère. En effet, votre partenaire a sans doute fait preuve d’introspection. Votre partenaire vous assure vouloir arranger les choses. Mais vous êtes mal alaise. Le doute est permanent depuis la découverte de son infidélité. L’idée qu’il/elle par principe, par devoir, par peur du jugement, vous dégoûte.

Dans sa réflexion, il/elle vous a choisis vous, les enfants, la maison, et le chien. Oui, puisqu’il/elle a réfléchi, son choix est fait de raison. Il/elle a conclu que rester était ce qui lui convenait le mieux. Mais, soyez-en sûr(e)s : votre mari/femme a fait appel à son cœur pour décider.

Votre partenaire juge que vous avez plus de valeur que son amant / sa maîtresse

Un partenaire toujours amoureux de vous

Oui, votre partenaire peut-être passionné(e) ou légèrement amoureux/amoureuse de son amant(e). Mais pourquoi votre partenaire ne s’enfuit-il/elle pas avec son amant(e)?

Avec son amant(e), votre mari/femme n’entrevoit pas d’avenir.  Si chéri(e) ne choisit pas son amant(e), c’est qu’il juge que la réalité, à savoir VOUS, a bien plus de valeur. Son amant(e) n’est que fantasme. Quelle est la valeur d’un fantasme ? Un fantasme n’est que le fruit de notre imagination.

Votre partenaire connaît la valeur de votre expérience conjugale. Votre conjoint(e) anticipe le bonheur à persévérer à vos côtés.

Oui, votre relation a perdu de son éclat des débuts. Oui, au lit, ça manque de piment. Oui, il y a des disputes quelques fois, voire trop souvent à votre goût. Ces problèmes de couple se remédient.

Mais cessez de vous torturer. Votre réalité a de la valeur.  Dans son cœur, son amant(e) n’arrive pas à la cheville de votre relation. Si chéri(e) ne voyait aucun bonheur auprès de vous, il/elle serait déjà parti(e). La garde partagée serait envisageable.

Votre mari/femme ne veut pas commencer avec un(e) autre, mais continuer avec vous

L’infidélité est aussi un électrochoc pour l’infidèle. De son côté, votre conjoint(e) est conscient(e) de deux choses. Chéri(e) vous aime. Mais votre partenaire est également conscient(e) des difficultés qui existent au sein de votre couple.

Quand on reste, on sait que la relation est sujette à amélioration. On sait, par exemple, que de nombreux manques ont mené à la relation adultère. Souvent, il s’agit de communiquer afin d’améliorer les choses. Bref: vous séparer en raison de sa relation adultère n’a aucun sens.

Difficile à croire aujourd’hui, mais c’est auprès de vous qu’il/elle souhaite se réveiller tous les matins.

Votre mari/femme privilégie ses devoirs conjugaux et parentaux

Doit-on divorcer ou pas lorsque l’autre reste parce que c’est mieux pour tout le monde? Doit-on vraiment condamner celui ou celle qui reste par raison? L’Homme se différencie de l’animal par sa capacité à décider de SA vie, grâce à sa raison. Oui, je vous l’accorde, chéri(e) a décidé de sa vie en nous trompant.

Deux pensées vous persécutent. Soit son amant(e) a de la valeur à ses yeux. Soit, chéri(e) n’apprécie guère sa vie maritale et parentale.

Vous souhaitez renouer ? Lâchez prise sur ces croyances destructrices et incorrectes.

Il/elle vous a trompé(e) avec son ex dont il a toujours été passionné(e)? En quoi opter pour la passion serait plus noble? La passion n’est pas choisie, mais subie. Donnons à notre partenaire l’opportunité de se défaire de la passion. Donnons le droit à notre partenaire de choisir sa vie. Faisons confiance en sa capacité à choisir!

Vous vous dites : « Il reste peut-être un peu par amour, mais surtout pour les enfants. » Il reste pour VOUS et les ENFANTS, peut-être bien. Parce que la famille est pleine de promesses de bonheur. Votre conjoint(e) choisit ce bonheur. Chéri(e) vous choisit VOUS, et les enfants. Il choisit la famille!

En quoi privilégier la raison fait-il de votre partenaire quelqu’un de faux? En quoi rester afin d’honorer votre promesse de mariage est-il inapproprié? En quoi rester pour les enfants n’est-il pas valable? J’ai des enfants, donc je reste avec ma femme. Je sais le bonheur qui m’attend à demeurer une famille. J’entends déjà le rire des enfants, je les vois sous nos yeux de parents fiers, lors de Noël en famille. Notre partenaire ne veut pas quitter toutes ces occasions de bonheur pour son amant(e). Il/elle l’a décidé ainsi, son amant(e) n’en vaut pas le coup.

Finalement, votre partenaire est convaincu(e)

  • Son attachement pour vous est certain.
  • Il est possible d’être plus heureux ensemble. Il est possible d’améliorer la qualité de votre relation de couple.
  • Le bonheur parental est à son apogée auprès de vous.

Il/elle veut renouer!

Mais vous, êtes-vous prêt(e) à le croire?

Finalement,

Divorcer ou pas après l’adultère… Alors, qu’allez-vous faire ?

14 commentaires sur “Divorcer ou pas après l’adultère? Le faire serait puéril

  1. Bonjour Agnès Emma,

    Je tiens tout d’abord à te remercier pour tous ces nombreux conseils, et te dire à quel point tout ce que je lis me réconforte. Je t’explique brièvement mon histoire. En couple depuis 15 ans, je pensais avoir trouvé mon âme sœur, mon double, mon tout… Sauf que à cause d’une enfance difficile et un manque cruel de confiance en moi, je me suis enfermée dans mes complexes au fil des ans, prise de poids, 2 grossesses, nous nous sommes éloignés il me reprochait sans cesse de ne pas avoir envie de l’accompagner en sorties chez nos amis, moi je souffrais du manque d’intérêt qu’il avait à mon égard car il a une vie sociale très active éducateur sportif il fait du foot, a beaucoup d’amis et très sociable a de nombreux collègues. je suis beaucoup plus réservée en retrait, il est rarement à la maison donc je gère le quotidien les enfants, les devoirs, repas, bains ménage… Et je refusais toutes les sollicitations extérieures me trouvant indigne d’être appréciée, inintéressante moche, grosse… Comme me l’a dit une amie ma seule passion était ma famille, et son bien-être… En mai dernier, constatant une distance de mon conjoint envers moi, plus de dialogue, de moments de partage, de sexualité depuis des mois, je fouille dans son portable et je tombe sur un sms équivoque d’une de ses collègues, je lui dis il panique me demande pourquoi j’ai fouillé son portable le lendemain je l’appelle elle, elle me dit qu’elle sait qu’elle fait du mal, qu’elle détruit une famille mais qu’elle l’aime, nous avons 2 enfants (9 et 2 ans) un bébé de 17 mois en mai donc, elle a aussi 2 enfants de 2 unions différentes. Entre temps j’ai littéralement pété les plombs je n’ai pas supporté qu’il me trahisse et me fasse autant de mal et j’ai harcelé sa maîtresse, ils m’en ont bcp voulu et je le regrette, ensuite j’ai vécu un enfer pdt 7 mois rempli de haine, violences verbales et physiques, conflits. Il n’a pas hésité à me dire qu’il a évolué et qu’aujourd’hui elle est celle qui correspond à celui qu’il est devenu, qu’ils st pareils, qu’elle est fière d’être à son bras, qu’elle le suivra partout, elle… qu’ils exercent le même travail qu’ils se comprennent, qu’il a besoin de renouveau et plus de routine… Il m’a brisé le coeur j’ai perdu 14 kgs en 7 mois, je ne dors plus ne mange plus suis l’ombre de moi-même, elle a entamé des démarches pour quitter son compagnon et lui a dit qu’elle l’attend… Lui repousse la vente de la maison, me dit qu’il a envie d’ailleurs qu’il veut tout quitter pour recommencer pt être ensemble… J’ai très peur et ne lui fais plus du tout confiance d’autant plus qu’ils se voient au travail tous les jours… Il me répète aussi qu’il ressent des sentiments pour elle, qu’il ne qualifie pas d’amoureux (je crois qu’il se ment à lui même). J’ai peur que ce nouveau départ ne soit qu’une fuite, par devoir et non par amour pour reprendre tes termes, j’ai le soutien de tous nos proches sa famille y compris ce qu’il vit très mal, il m’en veut de leur avoir parlé, mais je me sentais si seule, car il m’a dit que c’est parce que je n’ai pas fait ce qu’il m’a réclamé pdt des années qu’il m’a trompé… J’ai pris conscience aussi que je l’avais négligé, pour moi il m’étais acquis et je le regrette amèrement car je le sens si connectée à sa collègue, ça me fait horriblement souffrir, par exemple il me dit que pour envisager un futur ensemble il faut d’abord qu’il parle à sa collègue ce que j’ai bcp de mal à comprendre… Chose positive, de toute cette histoire, je me suis bcp ouverte sur le monde , aux autres, j’ai réalisé ma valeur, mon charme, et cela m’a fait du bien, je ne veux plus passer au second plan, je veux pouvoir me réaliser personnellement, sortir, voyager… Je ne sais pas si il est prêt à l’envisager. Les enfants restent cependant ma priorité, Pardon d’avoir été si longue, merci bcp d’avance Agnès Emma de ta réponse, tous les commentaires sont les bienvenus. A bientôt

    1. Bonjour Luna Bad,

      Merci pour ton commentaire. Merci d’avoir pris le temps de témoigner.
      Tu veux sauver ton couple. Fais confiance en ton partenaire…
      Tu doutes de son engagement. Mais, crois-moi, s’il en a vraiment marre de « l’hystérique » que tu es, si vraiment c’est sa collègue qu’il veut, il t’aurait déjà quitté. Elle l’attend… et lui parle d’un renouveau avec toi. Il est conscient que ce qu’il aime de sa collègue est superficielle. Oui, les frustrations se sont accumulées entre vous. Oui, il a besoin de fantaisie. Oui, il a probablement envie d’une vie sexuelle plus épanouissante. Mais, s’il parle d’un renouveau, c’est qu’il sait que vous êtes en mesure d’y parvenir ensemble.

      Il te dit qu’il t’a trompé parce que « tu n’as pas fait ce qu’il t’a réclamé pendant des années ». Hum, ses désirs, les a-t-il clairement formulés? S’y est-il bien pris? S’il est encore avec toi, c’est sans doute parce qu’il sait qu’il n’est pas un as de la communication non plus. Il sait que lui aussi, aurait pu mieux faire. La facilité a été d’aller voir ailleurs.

      Oui, avec sa collègue c’est tout nouveau tout beau. Probablement que si ça ne marche pas avec toi, il l’a rejoindra. Mais, présentement, il est motivé à sauver votre couple. Alors, prends confiance et fonce!

      Aujourd’hui, tu te métamorphose, tu es consciente de ton manque de confiance en toi. Tu veux surmonter ça. Révèle le trésor en toi. En premier lieu, fais le pour toi. Te voyant rayonner, être toi-même, tu lui apparaitras encore plus belle. Quand on aime vraiment, on ne peut pas vivre sans l’autre. Ton compagnon est toujours là… Malgré tes craintes, ses sentiments pour sa collègue ne sont pas si forts. Tout ce qu’il aime d’elle, c’est la facilité de la relation. Il aime les soins qu’elles lui procure. Ne te tracasse pas. Oui, peut-être qu’ il te quittera si vraiment vous n’avancez pas. Mais, là, il a fait son choix. Il veut sauver votre couple. Alors, ne pense plus à sa collègue.

      À bientôt Luna Bad

      Agnès

  2. Bonjour, en couple depuis 7 ans un enfant de 6ans. il m’a trompé pendant 20 mois a été blessant avec moi, verbalement. j’ai appris toute la vérité par sa maitresse (via facebook) qui était en couple elle aussi avec aussi un enfant mais son conjoint a tout découvert et s’est séparé. Avec elle il a été à l’encontre de ses propres valeurs (être fidèle, ne jamais avoir d’histoire d’amour au boulot et jamais avec quelqu’un qui est en couple et qui a des enfants).
    Il est revenu avec moi mais me culpabilise de ses actes disant que c’est ma faute s’ il est parti avec une autre, il voulait une grande famille avec elle et refuse d’avoir d’autres enfants avec moi. je suis blessée de tout celà!.. Je le vis très mal depuis 3 mois que tout à éclaté. je lui ai demandé des efforts pour me montrer son amour mais il ne fait rien.
    Je pense que si il reste avec moi c’est juste par habitude et rien d’autre et que je suis tellement naïve qu’il peut continuer à faire ses affaires dans mon dos.
    Maintenant j’hésite de rester ou de partir. Mon coeur aimerai rester une famille unie, ça représente mes valeurs mais ma tête me dis « attention il recommencera », je n’ai plus confiance. Votre site est pleins de bons conseils mais c’est très difficile de les mettre en place surtout qu’il n’est pas ouvert à la discussion.

    Merci

    1. Bonjour Meli,
      il est important qu’il soit ouvert à la discussion… il est important qu’il parle. Tu dois savoir s’il reste par amour ou pas. S’il n’y a plus d’amour… tu as raison, à quoi ça sert? Tu mérites de vivre auprès de quelqu’un qui t’aime. Et, s’il ne t’aime plus, il y a des chances que l’infidélité se reproduise. Nul doute là-dessus, il doit parler. Parce que tu dois aussi comprendre pour pardonner. On peut trouver des moyens subtils de faire parler ton partenaire.

      Agnès

  3. Bonjour Agnès Emma,

    lire votre article attablée seule au salon de thé qui est face de mon bureau a été la chose la plus difficile à faire aujourd’hui. ..

    Pourtant, luttant contre mon envie de pleurer, pour la première fois depuis 3 mois, quelqu’un que je ne connais même pas a pu mettre les mots exacts sur ce que je vis et ressens depuis que j’ai découvert cette relation parallèle d’un mois et demi… depuis 3 mois, j’oscille entre tristesse, colère et amertume. Il faut dire que la relation n’était pas vraiment belle depuis le départ… je m’explique (et je vais peut-être être puérile dans mon propos mais je prends le risque): j’ai été transparente avec mon homme mais j’ai constaté que tout ce que je lui avais dit concernant mon passé était par la suite retourné contre moi. En somme je me suis sentie jugée en permanence et rejetée… j’essayais de discuter maladroitement (je suis quelqu’un de très colérique quand je n’arrive pas à formuler mes sentiments) et je me faisais remballer. j’avais le sentiment qu’il privilégiait toujours les personnes extérieures à notre couple (y compris la nounou de ma fille qui allait se plaindre de moi et du fait que j’étais parfois dure avec elle)…
    il passait son temps à me dire que mon comportement le faisait fuir et moi à essayer de comprendre pourquoi il me rejetait. J’avais déjà surpris des messages indécents mais j’avais passé l’éponge. .. jusqu’à ce jour du 8 décembre 2015 où récupérant le téléphone que je lui avais prêté, je suis tombée sur des photos explicites et des messages tout aussi explicites. il s’en est suivi une violente dispute où il m’a sorti des horreurs, me disant que c’était de ma faute s’il l’avait fait et que cette fille valait mieux que moi… le lendemain il est venu à l’improviste chez moi et m’a suppliee de lui laisser une seconde chance… je me suis effondrée en larmes. j’ai accepté mais depuis je me rends bien compte que cette histoire m’a fragilisée et que je n’arrive pas à en faire une occasion de développement personnel comme vous dites.
    mes émotions sont de véritables montagnes russes… j’ai même songé au pire… l’ayant appelé tout ce qu’il m’a répondu c’est que ça faisait 3 mois et qu’il était temps de passer à autre chose et que si je voulais commettre l’irréparable, ça ne l’intéressait pas.. il a déclaré aller regarder sa série. il a raccroché.
    j’ai été très profondément choquée de sa réponse et de son attitude. C’est un couple d’amis qui m’a aidée ce soir.
    Depuis, je prends sur moi chaque jour mais je sais que je n’arrive pas à pardonner et je trouve que dans son attitude il ne me laisse pas le temps de cicatriser.
    Aujourd’hui j’ai du mal à lâcher prise, à comprendre pourquoi j’ai enduré autant de sévérité et de méchancetés gratuites….
    je n’en peux plus… je souffre.
    Je suis désolée d’avoir été si longue.

  4. DIVORCER OU PAS APRÈS L’ADULTÈRE? LE FAIRE SERAIT PUÉRIL

    Comme je l’ai dit sur le site « SOS COCU », les histoires d’adultères sont tellement différentes que l’on ne peut pas toutes les traiter de la même manière.
    Ma femme est aujourd’hui un fantôme pour moi .
    Je ne la quitte pas pour deux raisons .
    1) Les enfants .
    2) Son cancer cérébrale.
    Certaines personnes me disent encore :
    « Elle est malade, tu devrais pardonner maintenant ! »
    Le problème c’est peut-être :
    Les 6/7..10 mecs en un ans . Les restos en Amoureux . Les Hôtels, Sauna échangistes, Cabine de peep show .
    Les livres « Comment faire craquer un homme » et  » Comment satisfaire sexuellement un homme ! »
    Les 17000 lignes d’échanges romantiques, coquins voir pornographiques.
    Les Mensonges et la mauvaise fois . Les récidives et le manque total de respect après plus de 22 ans de vie de couple.
    A partir du cancer, la pauvre merde que j’étais est devenu le plus beau, le plus gentil des hommes et les autres n’étaient plus rien…
    Pour te dire, je me demande encore si je vais pouvoir pardonner lorsqu’elle sera sur son lit de mort .
    Dieu sait qu’on peut dépasser sa souffrance pour « une » faute commise, lorsque l’autre regrette vraiment et tente de reconstruire son couple.
    Lorsque quelqu’un vous dit : » Y’a pas mort d’homme ! » après autant d’aventures et de donc autant de bons moments,
    vous savez que la personne qui est face à vous à tout simplement tuer celle que vous aimiez .

    Toro91

    1. Salut Toro,

      oui tu as raison… les histoires d’adultères sont vraiment différentes.
      On ne peut pas les traiter de la même manière.

      Ici, dans un premier temps, je vais aider les couples dont les deux partenaires veulent reconstruire sincèrement.
      je continue à m’inspirer de vous et de vous lire sur le forum cocu.

      En ce qui concerne ta femme, ses tendances sexuelles sont loin d’être les tiennent apparemment? Je veux dire, peut-on rester fidèle quand nos besoins sexuels sont si différents? Si ce n’est pas le sexe, qu’est-ce qui a poussé ta femme à faire toutes ces choses? Je lis sur le forum que vous parlez souvent d’expériences de l’enfance.

      Tu dis rester pour les enfants…
      Quels âges ont vos enfants?

      Merci pour ton passage Toro.

      Il m’a fait plaisir de te lire ici.

      Agnès

      1. Salut Agnès,

        Merci à toi pour ton accueil chaleureux :o)
        Quel couple ne voudrait pas se reconstruire sérieusement ?
        Pour ma part, j’ai un peu de mal à comprendre comment on passe de l’Amour de ses 20 ans
        à toutes une ribambelle de queutards avides de sexe et de vice !
        Et c’est sans compter le côté « Je suis belle et je plais j’en profite sans me soucier du reste ! »
        « J’ai le cancer, je suis plus grosse, j’ai les cheveux courts,je ne me trouve pas belle, mais j’aime mon mari !
        C’est le meilleur ! L’homme de ma Vie ! »
        Ma femme n’a jamais eu de tendances ou de gros appétit sexuelles contrairement à moi !
        Elle n’a jamais été fan de sexe . Limite frigide . (Non non, cela ne vient pas de moi ! Ça fonctionne bien bien !)
        Pourtant, avec eux, elle à acheté des ouvrages pour être au top !
        Que dois-je comprendre ?
        J’ai vécu une vie sexuelle limitée et malgré les tentations et les invitations, je n’ai jamais déconné !
        Tout ça pour finir comme ça !
        Je suis perdu !
        C’est encore le temps et la routine qui ont eu raison de l’Amour…
        Mes enfants sont malheureusement trop petits pour être autonomes et trop grand pour ne pas comprendre qu’il y’a un problème.
        ils ont 10 et 12 ans .
        Vivement qu’ils grandissent pour sortir du no man’s land !

        Pat

  5. Salut Agnès,
    Tu as bien raison sur beaucoup de choses. Mais qu’en est-il des personnes qui vivent sexuellement des moment torrides avec leur époux mais, a eu besoin d’avoir une aventure de plus ! Comment expliquer ce besoin Malgré que tout est parfait dans le cocon familiale ?

    1. Bonjour Jane,

      tu as raison.
      certains trompent même quand tout va bien dans le couple.

      Par exemples, certains trompent, par plaisir de plaire, de séduire?
      Certains trompent , motivés par une envie de nouvelles sensations, avec un autre homme ou une autre femme.

      Il est important de comprendre la motivation de notre partenaire. Il est important que notre partenaire soit honnête avec lui/elle comme avec nous.
      Il est important que tu comprennes la vision des choses de ton partenaire pour être en mesure de prendre la décision qui te revient: pardonner, accepter ses tendances, vos différences, ou pas?

      En fait, interroger des infidèles peut grandement nous aider à comprendre.

      Merci pour ta contribution Jane.

      Au plaisir d’entendre plus de détails de votre histoire…

      1. Bonjour,
        Je suis l' »Autre ». Je vis une relation avec un homme marié. Je suis la briseuse de ménage, la p…, la s…. L’Autre. Et je voudrais éclairer la partie obscure.
        Je ne l’ai pas choisi, au départ. Je ne savais pas qu’il était en couple. Je ne l’avais jamais vu alors que nous travaillions dans le même établissement. Mais comme j’avais une heure de route, je ne restais jamais très longtemps dans les parties communes en fin de journée. Je l’ai rencontré en juin sur notre lieu de travail commun. Nous avions tous les deux les agendas chargés de fin d’année. J’ai juste noté qu’il se trouvait plus souvent en salle de repos pendant les 15 jours suivants. Il m’a adressé un mail, un jour où, en déplacement, je n’avais pas assisté à une réunion commune. C’était un mail très touchant, un peu maladroit mais si…gentil. Il me demandait si nous allions nous revoir.
        Nous avons échangé beaucoup mais nous avons eu peu l’occasion de nous rencontrer en tête à tête avant de nous retrouver chez moi. Je suis tombée amoureuse de ses mots. Il avait flashé sur ma présence.
        J’avais prévu un petit-déjeuner, en plus du dîner. Il m’a dit qu’il ne pouvait pas rester. J’ai compris. J’ai posé directement la question qui fâche. J’ai vu tous les signes de la culpabilité sur son visage. Nous ne nous sommes pas fâchés, nous ne nous sommes rien promis. Il est parti.
        Un mail commun à l’équipe : Il a su que je revenais sur notre lieu de travail. Il m’a demandé si nous pouvions nous revoir. Je savais qu’ensuite, il y aurait les vacances d’été et que notre relation s’arrêterait probablement là. J’ai dit oui. Nous nous sommes revus dans un lieu public, nous avons pris un café, parlé de tout et de rien. Il m’a dit qu’il voulait me revoir. Je lui ai dit que c’était compliqué et que, de toute façon, il partait en vacances… avec sa conjointe.Sa fille a accouché de son premier enfant. Il y a eu des complications. Nous avons annulé 2 rendez-vous. L’été est passé sans que je le revoie. Nous nous sommes juste adressé des voeux mutuels de « Bonnes vacances ».
        J’ai été mutée à 160 km de chez moi. J’ai passé un mail à l’équipe pour les informer de mon affectation. J’ai pris la route. Je passe à 1km de mon ancien établissement… et de lui tous les jours. Deux fois par jours. Il m’a dit qu’il avait besoin de me voir et de me parler. Il semblait très mal : nous nous sommes vus, toujours dans un endroit public. Il m’a dit qu’il voulait me revoir, qu’il savait que ce n’est pas une situation normale mais que, même s’il ne le vivait pas très bien (culpabilité, remise en question…) il n’envisageait pas de ne pas me voir. Nous nous rencontrons depuis, 1 à 2 fois par mois. Vous pensez que c’est une histoire de sexe ? J’ai la faiblesse de penser que non . je vois bien qu’il est déchiré car ce n’est pas un infidèle chronique. C’est quelqu’un de très pudique ,par ailleurs, il n’étale pas ses sentiments. Je crois que je suis le grain de folie de sa vie. J’en suis consciente. Il est le centre de ma vie. Il ne le sait pas. Nous avons beaucoup de points communs et nos échanges sont souvent riches. Nous rions beaucoup. Je crois que nous sommes juste heureux de nous retrouver tous les deux. Quand nous sommes ensemble, c’est toujours très tendre et très passionné. Parfois, il reste quelques jours sans donner signe de vie. Je sais que c’est compliqué pour lui. J’ai fait le choix de ne pas être un poids et de respecter ses choix. Il sait que ce n’est pas non plus facile pour moi et le vit encore plus mal. C’est l’histoire banale de deux personnes qui se rencontrent à une croisée de chemins et pour lesquelles les choix ne sont pas simples. Cela fait 8 mois. Je ne sais pas si cela va durer encore longtemps. J’ai souvent envie de plus. Je ne lui pose aucune exigence. Je prends les moments partagés comme des heures privilégiées. Je ne sais rien de sa conjointe et je ne lui pose pas de questions. Nous ne nous parlons pas d’amour, ce n’est pas la peine. Je le sens rien qu’a son regard et sa façon de me prendre dans ses bras. A sa façon de reculer le moment de son départ. A nos mains qui ont du mal à se séparer. C’est souvent moi qui referme la porte. Peu m’importe ce que pensent les autres. L’une de mes collègues est informée de notre histoire. Elle m’a juste assurée de sa discrétion. Elle le connaît, ainsi que sa conjointe, depuis plus de 15 ans. Elle m’a juste dit que c’est un type « bien » et qu’elle était contente pour nous. Je ne sais pas trop ce que je dois en penser. Je vis au jour le jour. Je sais qu’il faudra que je cesse de le voir et je me résigne au fait qu’il restera probablement avec sa conjointe. Vous croyez que c’est un faible ? Un profiteur ? Mais non. Ce n’est qu’un homme avec ses forces et ses faiblesses. « Que celui qui n’a jamais péché nous jette la première pierre ». Je vais le voir demain. Je serai comme il m’a connue, souriante et lumineuse. Il sera l’homme que j’aime. Comme à chacune de nos rencontres.

  6. Bonjour,
    Mariée depuis 5ans avec une petite fille de 3ans, j’ai demandé le divorce après 3 infidélité, une tous les 2ans à peu près, toujours avec une collègue différentes..
    Sachant qu’après chaque infidélité il m’a promis juré que c’était la dernière..
    Après la dernière infidélité qui date du mois de janvier, je n’arrivais plus à le pardonner, je pique des crises tous les 15 jours et puis je me calme et puis ça reprend..
    Mon mari avait marre de mon état, il me l’a fait constater.. et moi, trop fière j’ai demandé le divorce
    Déjà il me trompe et je dois lui pardonner et maintenant il me traite de insoutenable parceque je souffre le mal qu’il m’a fait subir??
    La procédure de divorce est lancé e, et là je me demande si j’ai fait le bon choix, en tout cas je sais une chose, lui il ne va jamais arrêter de me tromper et moi je ne pourrai jamais pardonner ses infidélités successives..et qu’à chaque fois c’est des relations de plusieurs mois, des relations amoureuses avec échange de texto d’amour carrément !(je t’aime, tu me manques, c’est toi que je veux..)
    Mais il a réussi à me faire sentir mal et surtout coupable du fait que notre famille se déchire à cause de moi, oui! Pour lui c’est à cause de moi qu’on divorce parceque je suis devenue parano et psychopathe…
    Je suis devenue le bourreau dans cette histoire.. 🙁
    Quoi faire… j’en sais rien…

  7. Bonjour.
    En juin une femme est entrée en contact avec moi via Facebook. Elle m’a d’abord accusé de l’avoir insulté via des mots laissés sur son pare brise, puis m’a demandé qui j’étais. Sans attendre une réponse de ma part elle a envoyé une photo de mon conjoint avec un enfant d’à peine deux ans.
    Elle m’a finalement donné + de détails. Le père de cet enfant serait mon mari.
    Ils se sont rencontrés lors d’un séjour professionnel (pour lui). Elle était mariée et mère de 3 enfants de 2 pères différents.
    Ils ont eu une liaison sur 3 mois. De retour en France mon conjoint à coupé les ponts. Elle l’a contacté quelques semaines pour lui annoncer sa grossesse. Il lui a demandé d’avorter elle a refusé.
    Elle lui a demandé de reconnaître la grossesse, son conjoint l’ayant mis à la rue, d’après elle, pour lui faciliter les démarches administratives. Il a accepté.
    Depuis elle exerce une pression sur lui. Elle a décidé de venir s’installer à 5 km de notre domicile. Il dit qu’il ne contrôlait plus rien. Elle s’est petit à petit incrustée dans sa vie privée. En contactant plusieurs personnes de notre village et en se liant de amitié avec un couple d’ami. Elle se présente en tant que Mme (mon nom).
    Elle a inscris ses enfants dans un club de loisir ( même loisir que mon conjoint ) seul le lieu est différent. C’est ainsi qu elle s’est liée d amitié avec mon amie.
    Puis un jour elle lui a tout dévoilé.
    Mon conjoint savait dès qu’il a appris ses intentions de venir s’installer proche de lui que cette liaison éclaterait au grand jour. Elle a exercé une pression sur lui. Il a gardé le contact avec elle et voyait l’enfant de temps à autre.
    Jusqu’à ce que la vérité éclate.
    Aujourd’hui il n’est pas question de divorce.
    On se laisse le temps.
    Des l’annonce j’ai passé 20 jours sans le voir.
    Il était en déplacement.
    Lorsqu’il est rentré ses affaires étaient prêtes.
    Nous n’avons pas eu la force de nous séparer. Nos retrouvailles ont été bouleversantes et très forte émotionnellement.
    Mêlé de doutes de dégoût puis d’un fort besoin de se retrouver. On a passé un moment au restaurant comme lors de nos premières fois. J’avais toujours de l’attirance pour lui.
    Deux mois après.
    Les ponts sont coupés avec elle.
    Je vie des hauts et des bas.
    Malgré l’envie de poursuivre je suis tiraillée par la colère . nos lois imposent un test adn et l’obligation de s’y soumettre même en cas d’enfant dans le dos alors que les femmes elles ont le droit d’accoucher sous X.
    Cette femme utilise notre nom sur les réseaux sociaux et poste cette photo de lui avec l enfant en photo de profil..

    Affaire à suivre…

  8. Bonjour à tous,
    J’ai 33 ans, aucuns enfants et je suis maintenant célibataire (coucou les filles 😉 je rigole)

    C’est la toute première fois que je m’inscrit sur ce genre de forum donc excusez mes maladresses si j’en fait 🙂
    Depuis fin avril 2016, une magnifique histoire d’amour c’est terminé en cauchemar…
    Cela fait maintenant 6 mois que nous sommes séparés et je m’en sort pas trop mal dans ma reconstruction personnelle : Bientôt un nouveau logement et des idées de projets professionnels ou artistique.
    mais je me focalise essentiellement sur le sport et mon bien-être… Mais si j’en vient à écrire là, c’est bien que j’ai besoin d’évacuer sans être jugé.

    Cette fille, je l’aime encore et elle me dit qu’elle m’aime aussi, mais nous sommes séparé.

    Je vais donc commencer mon histoire à qui veut bien l’entendre :

    En 2012, j’ai fait connaissance d’une magnifique jeune fille de 21 ans à l’époque. Gros coup de foudre (si il en existe vraiment) et donc en 2 mois elle était chez moi.
    Cette fille meurtrie par un passé assez difficile, avait trouvé en moi, « l’homme de sa vie ». Moi dans mon histoire d’amour, cette fille représentait ce que je recherchais depuis un moment.
    Tout c’est fait naturellement, l’entente était très bonne au quotidien, le sex aussi… de très rare prise de tête. bref on s’est enfin trouvé l’un et l’autre : c’était parfait. Evidemment, comme tous couple on se soutenait : elle m’aidait à reprendre confiance en moi (que j’avais un peu perdu à cause d’une rupture précédente) et moi je l’a tirait vers le haut, vers la réussite de sa vie rêvé. Et ceci pendant trois ans avec projet de fonder une famille à notre manière etc… Pour ce qui est de la belle famille, entente parfaite des 2 cotés : que de bons moments (les miens en normandie et les siens là où j’habite = 700 km)

    Malheureusement, son Papa (très agé) décède presque subitement en novembre 2015… Une très triste nouvelle évidement car j’avais un lien particulier avec cet homme et j’ai été très attristé par sa disparition.
    J’étais à ses yeux le seul homme qu’il a approuvé à sa fille. Au yeux de mon ex c’était très symbolique, étant donné l’âge qu’il avait et elle voulait en quelque sorte lui montrer le petit fils ou la petite fille que nous aurions eu avant qu’il parte.
    Un papa qu’elle avait retrouvé depuis peu car il a été assez absent par le passé. D’où la douleur qu’elle a ressentie quand c’est arrivé à ses 24 ans. Je l’ai vu perdue, et la connaissant elle a ensuite eu un besoin d’enfouir ce drame au fond d’elle pour avancer, comme elle fait pour tous ses malheurs. Ceci dit, la douleur étais trop forte pour elle selon moi et à commencée à avoir un comportement égoïste par la suite. Ce que je pouvais comprendre car l’envie de profiter et de s’occuper de soi peut se faire ressentir pour certains dans ce genre de drame.

    Je lui en avais parlé à plusieurs reprise même si elle n’avait plus envie de se prendre la tête… et d’arrêter de réfléchir, j’essayais d’en parler avec parcimonie pour respecter sa façon de faire son deuil. Les câlins devenaient de plus en plus rare, et les rapport sexuel sont devenu inexistant (pendant environ 2 mois). Au quotidien, tout restait à la normal car nous nous entendons très bien mais presque plus aucuns contact physique… Pour elle, trop de chose à gérer dans sa tête et moi je vois la chose ainsi : comme si son père étais parti avec tout l’amour qu’elle avait à donner. J’ai fini par voir et comprendre qu’elle ne pouvait plus donner de l’amour véritable même aux membre de sa famille : ça n’était pas que pour moi. D’ailleurs je n’ai eu aucuns reproche de sa part envers pour mon comportement et je l’a crois.

    J’ai donc respecté cette envie de « lâcher prise » en me disant que c’est un mauvais moment à passer dans notre couple et qu’elle remonterai la pente et que j’essaierai de l’aider dans le respect de son deuil.
    Cependant, étant trop naïf surement et aveuglé par l’amour que je lui portait, elle a fini par me tromper lors d’une soirée bourrée avec un type sans grande importance puisque aucunes véritable histoire ne peut
    déboucher avec cette personne qui est marié et 3 enfants…

    Bref, elle sait qu’elle a fait une erreur et elle a essayé de le cacher pour sauver notre couple : nous étions justement en train d’acheter des meubles pour notre nouveau chez nous.
    Cependant, j’ai fini par le savoir (car tout fini par se savoir). Je lui ai pardonné et elle m’a proposé un break indéterminé, que j’ai refusé et j’ai préféré rompre. Cela a été bien vite ! trop même…

    Le truc c’est que l’on se revoit de temps en temps pour des raisons administratives qui traînent et que ces derniers temps elle me montre des signes de nostalgie, de regrets et me dit qu’elle n’arrive pas à s’attacher aux autres hommes (moi c’est pareil niveau femmes d’ailleurs) et surtout que « je suis l’homme de sa vie et je le resterai », de ses mots.
    Elle ne veut pas admettre mon pardon car elle connait elle aussi la douleur de subir l’infidélité. Mais elle me l’a fait et elle ne se le pardonne pas.

    Moi qui pensait qu’elle ne m’aimait plus vraiment (je m’y faisais à cette idée), je me rend compte depuis nos dernières retrouvailles que nous sommes 2 êtres qui s’aiment mais qui se l’interdisent… Je me retrouve
    donc avec un gros sentiment de gâchis et l’impression d’avoir pris la décision trop vite même si je l’ai fait pour mon bien être sur le moment.
    Elle m’a promis de me dire plus tard comment elle ressentais la situation car sur le moment, elle était trop stressée pour parler de ça.
    Je serais prêt à me battre pour notre amour si elle n’a pas véritablement changée…et si elle est prête pour se battre aussi. Pour elle, ça à l’air très compliqué d’accepter mon pardon.

    Je lui ai envoyé une lettre de constat de la situation : on s’aime, pourquoi s’en priver ? (en gros) et là c’est bientôt son anniversaire… J’ai acheté sur un coup de tête
    une peluche pikmin de notre jeu préféré en pensant l’accrocher sur sa porte le jour de son anniversaire avec un petit mot (une citation sur le pardon et l’amour)

    Ça sera surement mon dernier essai pour l’a voir enfin se livrer à moi, et savoir si elle désire continuer ou oublier et ne plus se voir du tout.
    C’est quelqu’un qui garde tout pour elle et qui prend le temps dans ses réflexions donc c’est peut être une manière un peu brut, mais moi j’aime clarifier les choses quand c’est ambiguë.

    Voilà où j’en suis, j’hésite encore à lui faire ce cadeau mais je me dit que au moins il me donnera une réponse pour tourner la page ou continuer si elle désire.

    Je précise qu’elle est tombée enceinte après notre rupture, elle l’a su quand c’était déjà presque à 2 mois, elle a avorté précipitamment et on a su que j’étais le papa par la suite. Ceci l’a, je pense beaucoup affecté, dans le sens ou elle a concrètement loupé de justesse ce qu’elle espérait tant pour son père : le rendre grand père.

    Merci de m’avoir lu,

    Si quelqu’un à vécue une histoire se rapprochant à la mienne, cela pourrait être intéressant car dans les 2 cas ça sera dur ! je le sais…

    Bien à vous.

Les commentaires sont fermés.